Moments de vie de classe - C'est quoi cette ambiance pourrie ?

-Je viens de voir ton élève O cracher sur ton autre R. Je n'ai pas vu ce qui s'est passé avant, mais quand même…

Ainsi ma collègue me rend-elle deux de mes élèves à l'issue de la récréation en ce vendredi d'avant dernière semaine d'école.

Des événements extérieurs à l'école augmentent l'excitation des élèves : c'était la fin du Ramadan, il a fait chaud, la plupart des élèves se couchent tard, certains élèves ne viennent déjà plus à l'école (de 24 que nous sommes habituellement, nous sommes passés à 15), pour certains c'est même leur dernier jour d'école.

Des évènements internes à l'école également : nous avons rendu les livrets du dernier trimestre le samedi précédent, la kermesse se déroule l'après midi même, nous avons organisé un repas en classe et une boom le mardi précédent, Je suis moi même moins "présent" malgré le soin que je prends pour ne pas que mon projet Terre et crayon n'empiète sur la classe.

Je m'aperçois alors que j'ai laissé s'installer dans la classe une situation complexe. Un élève s'est spécialisé dans le "clash", ce que je n'arrive pas à contrer car je ne l'entends pas. Mais je sens que l'insécurité s'installe.

La situation devient explosive. Si les enfants explosent entre eux, je me sens assailli par les règlements de petits conflits, que j'appelle "histoire de bébés".

Le message clair

Heureusement que nous avons installé le message clair dans toute l'école. Cela nous aide vraiment dans ces situations. Même si les élèves nous renvoient que ça ne marche pas quand ils sont en colère, nous constatons qu'une fois calmes, le message clair nettoie le conflit en rétablissant l'équilibre dans la relation.

Une chose est sûre, je rentre en classe à l'issue de cette récréation chargé de toutes ces réflexions et bien décidé à ce que cela ne se poursuive pas. Cependant je n'ai pas d'idée bien précise sur comment faire.

-STOP ! Je suis très en colère. Nous cessons toutes les activités de la classe, y compris la préparation de la kermesse. Nous avons une ambiance de classe pourrie et violente. Je ne suis pas d'accord pour continuer ainsi. Nous ne participerons pas à la kermesse tant que nous n'aurons pas réglé ce problème grave.

Dans un premier temps : O. devient ceinture rouge pour violence sur un camarade pendant la cour de récré. R. et O. vous avez un problème à régler entre vous, nous y reviendrons tout à l'heure.

Plus je parle, plus je sens monter en moi la violence issue de l'exaspération face à ces situations. Je respire mais ça suinte de moi malgré tout. Mon ton est cassant, virulent.

-Vous installez entre vous un climat de classe inadmissible. Je vous ai enseigné des techniques pour résoudre vos problèmes les uns avec les autres et vous ne les utilisez pas.

Là, je m'entends prêt à donner des solutions à ce problème quand me vient une "illumination" ! Il faut que cela vienne d'eux, je ne pourrais pas imposer mes solutions aux élèves. Je respire et reprend plus calmement, tout de même engagé et décidé.

-Comment pourrait-on faire pour apaiser l'ambiance de classe et la rendre plus agréable pour finir l'année ?

J'attends et laisse le silence s'installer.

Des solutions

Timidement une main se lève, puis d'autres :

-Nous pourrions baisser les volets et mettre de la musique calme pour nous apaiser tous ?

J'inscris cette proposition sur une feuille et laisse les pensées émerger.

-Nous pourrions utiliser le gong (c'est un bol tibétain que nous faisons résonner de temps à autre)

-S'écouter les uns les autres ? (c'est R. qui propose cela, je l'aide alors à préciser quels sont les signes qui montrent qu'on est écouté) respecter le code des sons et regarder les autres quand ils nous parlent.

-régler les problèmes sans violence (utiliser le message clair)

-Dans notre classe de l'an dernier la maitresse nous faisait écouter "calme et attentif comme une Grenouille" et ça marchait !

-En cas de problème, faire un message clair à l'écrit.

-Se détendre avant de régler un problème.

-Nous pourrions faire un tour de chaudoudoux (celle-ci est de mon fait)

 

Nous avons discuté chacune de ces propositions. Puis je les ai regroupées par thème :

  • Ce qui nous apaise individuellement (les techniques d'écoute de musique calme etc.)
  • Ce qui nous aide à régler nos différents (j'ai trouvé d'une grande pertinence le message clair écrit)
  • Ce qui nous pousse à modifier notre regard sur l'autre (le tour de chaudoudoux)

Toutes les propositions au final ont été validées par consensus. Même le tour de chaudoudoux pour lequel j'imaginais d'écrire un message agréable à chacun d'entre nous. Le conseil a décidé que nous écririons deux chaudoudoux : un à une personne que nous apprécions, l'autre à une personne avec qui nous sommes en difficulté.

Les réflexions des enfants sont pleines de bon sens.

-C'est dur de trouver une chose positive à dire sur quelqu'un que l'on apprécie pas trop…

Nous avons donné quelques exemples de chaudoudoux. Les élèves ont été attentifs à ce que cela ne soient pas des froids piquants. J'étais fier d'eux, ils se remémoraient cette belle histoire du "conte chaud et doux des chaudoudoux" de Steiner.

Enfin, je sentais l'atmosphère de la classe se modifier.

Nous nous mîmes au travail. Un paquet de feuilles, et voilà chacun-e écrivant et distribuant ses chaudoudoux, en recevant également. La musique douce d'une flûte indienne nous accompagnait pendant ce temps. Ce doux ronronnement de la classe au travail parsemé des exclamations de joie des enfants recevant et lisant leur chaudoudoux.

J'observais, tout en écrivant moi même quelques messages à mes élèves (finalement j'en ai écrit à chacun). O. était bouleversée par sa ceinture rouge et restait à l'écart de la classe. Nathalie, l'AVS d'un de mes élèves, se dirigea vers elle et l'aida à revenir dans la vie de la classe.

Et je vis R. aller vers O. Avec l'aide de Nathalie, ils ont réussi à discuter ensemble et se présenter des excuses.

Au fur et à mesure que les chaudoudoux circulaient, l'atmosphère de la classe changeait. Il en a été échangé bien plus que demandé. Chacun-e s'extasiant d'en recevoir et de sentir qu'il-elle était le-la bienvenu-e, qu'il-elle avait des qualités reconnues. J'ai reçu moi-même quelques uns de ces chaudoudoux, et c'est bien agréable :) 

Certains rivalisaient d'ingéniosité pour rendre leur message encore plus agréable. 

Et si nous passions plus de temps à nous dire des gentillesses qu'à remarquer nos défauts ? 

En voici quelques exemples :

chaudoudoux2

chaudoudoux1

Chaudoudoux3