Moments de vie de classe -  la honte (1)

J'ai comme habitude dans ma pratique d'afficher les prénoms des élèves sur le tableau en regard de leur degré d'autonomie.

Je n'interrogeai pas cette habitude jusqu'alors, cela m'était nécessaire pour pouvoir rapidement savoir quel élève est à quel degré et pouvoir l'aider plus facilement.

J'ai été marqué cependant par des remarques de mes élèves de l'an dernier qui se disait stressés lors du bilan du plan de travail, moment crucial pendant lequel sont attribués les degrés d'autonomie.

En ce début d'année, dans une nouvelle école, avec de nouveaux élèves qui ne sont pas du tout habitués au système, j'ai réussi finalement à réinterroger cette habitude.

Flash back

"M.Z, vient avec ton plan de travail"

"Ton plan de travail est rempli, tu as fait tout le travail obligatoire et tu as mené à bien tes projets personnels, tu obtiens le degré 4 d'autonomie"

Fierté de l'enfant, joie, construction d'une estime de soi favorable à de nouveaux apprentissages. Pour moi, ici il n'y a pas de problème, nous sommes dans une relation duelle et de confiance.

L'élève retourne alors à sa place, récupère sa fiche prénom et la place, aux yeux de tous, sur le tableau sous l'affiche degré 4 autonomie.

Félicitations des uns, jalousie des autres, résignations de certains, probablement jubilation de M.Z.

"J.J. vient avec ton plan de travail"

"ton plan de travail est rempli, tu n'as pas fait la poésie, PIDAPI tu as 3 points, c'est insuffisant, tu n'as fait aucune fiche lecture, tes rituels sont tous faits, tu obtiens le degré 1 d'autonomie."

Résignation de l'enfant, tristesse, réaction inappropriée de "j'men fous", bref j'ai tout eu avec cet élève. 3 ans de travail avec lui, impossible de le sortir de ces états. Il y a bien eu des moments de grâce, mais rien qui n'a vraiment duré, montré un réel changement dans son attitude.

L'analyse

Que ressentait-il, lui, au moment d'aller mettre son affichette sous le degré 1 d'autonomie ? À mon avis, c'était la honte.

La honte, celle qui donne envie de se cacher, de disparaître et de ne plus exister. À plonger cet enfant dans la honte à chaque bilan de plan de travail en lui faisant indiquer à tout le monde son échec, cela était cuisant pour lui.

Si je m'en rends compte aujourd'hui, c'est aussi que je me souviens de mon propre sentiment lorsque pendant les temps de plan de travail, je le reprenais, là encore devant tout le monde :

"Tu es degré 1 tu dois faire ce que je te dis."

Un sentiment de vengeance, une certaine violence qui soulignait mon impuissance à aider cet élève.

Une solution ? Peut être.

Dans l'école Terre et crayons, nous avons décidé d'être vigilant sur ces situations où nous pourrions faire ressentir de la honte aux élèves. Aujourd'hui c'était le premier bilan de plan de travail et j'ai préparé tranquillement mon affichage des degrés d'autonomie.  C'est à ce moment que cela m'est venu. Je ne mettrai pas le nom des enfants affiché au tableau.

À qui ça sert ? À moi, mais j'ai déjà le degré d'autonomie de chaque enfant sur ma fiche bilan.

Les degrés d'autonomie sont indispensables à la construction de l'autonomie scolaire de l'élève, mais ils ne concernent que l'enfant et moi. À sa charge de le dire à ses camarades s'il le souhaite.

Ainsi le bilan s'est-il déroulé différemment cette fois ci. Si j'ai observé le travail, la quantité, j'ai finalement laissé l'élève proposer lui même de quel type d'aide il avait besoin. En indiquant : degré 1 - l'enseignant me dit quoi faire et je le fais

Degré 2 - l'enseignant me dit quoi faire, je peux lui dire non et proposer autre chose, mais c'est l'enseignant qui décide au final. Degré 3 - je choisis seul mon travail. Degré 4 je choisis seul mon travail et je peux aider un degré 2.

Finalement je me suis senti dans une dynamique constructive avec ces élèves. Et je les ai trouvés eux aussi dans une dynamique constructive.

Je reste conscient que ça n'est qu'un début et qu'il me faut évaluer ces hypothèses sur la durée au moins de l'année.

(1) je vous ferai part certainement de nos autres réflexions d'équipe sur la honte prochainement !