Moments de vie de classe : La classe part en vrille.

La vrille

Lundi, conseil de classe de 15h10 à 16h00 (fin de l'école).

Tout le monde s'installe dans un brouhaha de chaises et de déplacement, plutôt habituel et assez rapide en cette fin d'année. Je remarque déjà quelques-uns des garçons qui se sont mis ensemble et ont l'air bien plus disposés à rigoler entre eux qu'à travailler ensemble. Je prends note et j'observe.

Moments de vie de classe - Le maitre pleure


Une émotion de joie, intense.
Ça a commencé par des frissons dans la colonne vertébrale, ma respiration qui se raccourcit, se bloque. Ensuite, dans ma tête, toutes mes pensées qui s'orientaient à peu près vers l'idée : " qu'est-ce que c'est beau ! C'est ça que je veux ! Bravo ! Bravo !" Et puis finalement des larmes de joies qui coulent, un sourire qui congratule.
Au point que je demande à Oum si elle accepterait de déclamer son poème à la classe entière. Ce qu'elle fit. Pour un bonheur redoublé.

La culp'habileté

Arrêtons de développer notre culp'habileté ! "Il n'y a pas de profs parfaits"

J'empeinte ce titre à Isabelle Filliozat "il n'y a pas de parents parfaits".

La culp'habileté regroupe deux termes :

Culpabilité, sentiment négatif de nous-mêmes mêlant honte  et mépris. La culpabilité serait le fruit de notre recherche de perfection, pour nous même ou dans l'autre.

Habileté, capacité que nous portons à son summum.

Moments de vie de classe - l'insolence

L'insolence ou comment rester dans une relation éducative ...

"J'm'en fous, je resterai là!"

Il fut un temps où ma réponse à l'insolence d'un élève était la violence. Ce matin lorsque conformément à la règle de la classe, connue de tous, je demandais à Ib d'aller dans la classe de ma collègue, j'aurais pu facilement l'empoigner et le sortir manu-militari de la classe. Tout ça parce qu'il refusait de sortir de lui même. "J'm'en fous, je resterai là!" ne cessait-il de répéter.
Chaque fois que je l'entendais dire cela, je sentais monter en moi la colère. Grâce à mon intelligence émotionnelle, j'ai écouté et accueilli cette colère dans ce qu'elle signalait de moi : l'impuissance et la peur.
Je n'arrive pas à me faire obéir de cet enfant là, immédiatement. Je ne sais plus quoi faire, je vais me faire déborder et ensuite c'est toute la classe qui va y passer. L'horreur !
Je vais devoir être en contact avec sa mère, et si elle le soutient sans me soutenir moi, tout se retournera contre moi et je n'aurai plus la paix de l'année, je vais vivre l'enfer !

Exprimer sa colère ?

(Envie de lire cet article plus tard ? téléchargez "la colère" en pdf maintenant.) 

La colère est une émotion. En cela elle est physiologique et donc elle a toute sa place dans notre vie.

La colère est une énergie de réparation. Elle nous donne de la force et un élan vital qui nous pousse à nous positionner, à exister dans l’altérité.

La colère nous appartient, nous en sommes responsables. Chacun peut sentir sa colère pour des raisons différentes. L’autre ne peut être à blâmer pour notre colère. Elle est un évènement qui nous informe et nous invite à.

La colère est positive lorsqu’elle nous permet d’être assertif.